Le soleil, crayonnant par la blanche persienne
Ses infiltrations sur la tenture ancienne,
Pose sur les cils noirs de la brune un rayon
Né d’un trou d’or, comme la nymphe du cocon. […]

… Le rayon promenant des antennes légères –
Songe de femme nue, étreintes mensongères ! –
Se vautre, boit du miel, bourdonne, abeille d’or,
Sous le nombril fleuri de la vierge qui dort.