Results for [syrus]Le mal caché est le plus grave. (Publilius Syrus)Jamais on ne surmonte un péril sans péril (Publilius Syrus)Le pire des défauts est de les ignorer. (Publilius Syrus)La conversation est l'image de l'esprit. (Publilius Syrus)Les plaies de la conscience ne se cicatrisent pas (Publilius Syrus)Chacun dit, Est-il riche ? Nul ne dit, Est-il juste ? (Publilius Syrus)Différer est odieux, mais sage. (Publilius Syrus)Le poltron se dit prudent et l'avare économe. (Publilius Syrus)La guerre civile est la chance de l'ennemi. (Publilius Syrus)Le rire est une insulte au malheur. (Publilius Syrus)Il est quelquefois utile d'oublier ce que l'on sait (Publilius Syrus)Le crime est juste pour une juste cause. (Publilius Syrus)La bravoure ne cède pas devant le malheur. (Publilius Syrus)Le coupable craint la loi et l'innocent le sort. (Publilius Syrus)Le doute est le remède qu'enseigne la sagesse. (Publilius Syrus)L'avare se dit économe, le poltron se dit prudent. (Publilius Syrus)La fumée ne manque pas où il y a du feu. (Publilius Syrus)La pudeur ne s'enseigne pas, elle est innée. (Publilius Syrus)La pire tyrannie est celle de l'habitude. (Publilius Syrus)Même un cheveu a son ombre (Publilius Syrus)Les yeux ne se trompent pas, si la raison leur commande (Publilius Syrus)Les serments d'amour ne comportent pas de sanction (Publilius Syrus)Aime ton père, s'il est juste, et s'il ne l'est pas, supporte-le. (Publilius Syrus)En mer calme, tous sont pilotes (Publilius Syrus)Ce que l'on craint arrive plus facilement que ce qu'on espère (Publilius Syrus)Le lendemain s'instruit aux leçons de la veille. (Publilius Syrus)La douleur de l'âme pèse plus que la souffrance du corps. (Publilius Syrus)Il est plus facile de trouver la Fortune que de la retenir (Publilius Syrus)La mort est un grand bien, puisqu'elle n'est pas un mal. (Publilius Syrus)La vie est courte, mais les malheurs la rendent longue. (Publilius Syrus)Mauvais est l'avis qui ne peut varier. (Publilius Syrus)L'avare ne fait de bien que quand il meurt. (Publilius Syrus)La malveillance a des dents cachées. (Publilius Syrus)L'audacieux triomphe du péril avant de l'apercevoir. (Publilius Syrus)C'est une tache agréable, celle que fait le sang d'un ennemi (Publilius Syrus)Le maître qui redoute son serviteur devient son esclave. (Publilius Syrus)L'innocence est toujours accompagnée du rayonnement qui lui est propre (Publilius Syrus)Le plaisir retardé est un agréable tourment. (Publilius Syrus)La reconnaissance d'un bienfait est un intérêt suffisant. (Publilius Syrus)Le plaisir et la gloire ne s'accordent jamais. (Publilius Syrus)Le silence tient lieu de sagesse au sot. (Publilius Syrus)C'est une courte colère que le souvenir même de la colère (Publilius Syrus)Domine tes passions, pour qu'elles ne te dominent pas. (Publilius Syrus)L'estime des hommes est un bien plus sûr que l'argent (Publilius Syrus)Le temps et non la volonté met fin à l'amour. (Publilius Syrus)Le plus riche est celui qui désire le moins. (Publilius Syrus)L'erreur d'un jour devient une faute, si l'on y retombe (Publilius Syrus)C'est l'intelligence, et non l'âge, qui sert à trouver la sagesse (Publilius Syrus)Le soupçon d'un amant est le songe d'un homme éveillé. (Publilius Syrus)Même quand la blessure guérit, la cicatrice demeure. (Publilius Syrus)Même à son ennemi, on doit tenir parole. (Publilius Syrus)Vaincre la colère, c'est triompher de son plus grand ennemi. (Publius Syrus)Le juge est condamné, quand le coupable est absous. (Publilius Syrus)Les yeux sont aveugles lorsque l'esprit est ailleurs (Publilius Syrus)L'homme meurt autant de fois qu'il perd l'un des siens (Publilius Syrus)L'homme patient et courageux fait lui-même son bonheur (Publilius Syrus)Les dettes réduisent l'homme libre en esclavage (Publilius Syrus)Le courage croît en osant et la peur en hésitant. (Publilius Syrus)Le danger vient plus vite quand on le méprise. (Publilius Syrus)L'aveu de notre faute est presque l'innocence. (Publilius Syrus)L'aspect des guerriers est pour une part dans la victoire. (Publilius Syrus)La patience est pour l'âme comme un trésor caché. (Publilius Syrus)C'est le propre de l'homme de bien que de ne pas savoir commettre une injustice (Publilius Syrus)C'est par erreur qu'il a été coupable, celui qui se repent de sa faute (Publilius Syrus)Il suffit de l'emporter sur son ennemi; c'est trop de le perdre (Publilius Syrus)C'est mourir deux fois que de mourir par la volonté d'un autre (Publilius Syrus)Il n'y a de plaisir agréable que celui qui se renouvelle en variant. (Publilius Syrus)Il faut appeler méchant celui qui n'est bon que pour soi (Publilius Syrus)Ce qu'on ne peut changer doit être enduré (Publilius Syrus)C'est un bonheur de mourir avant que d'invoquer le secours de la mort (Publilius Syrus)Celui qui a pitié se souvient de lui-même (Publilius Syrus)À défaut de loi, il y a le châtiment du remords. (Publilius Syrus)La mort du juste est un malheur pour tous. (Publilius Syrus)Après la douleur d'une mère vient celle de la nourrice. (Publilius Syrus)Ceux mêmes qui la commettent détestent l'injustice. (Publilius Syrus)Celui à qui l'on permet plus qu'il n'est juste, veut plus qu'il ne lui est permis (Publilius Syrus)Il n'y a pas de fruit qui n'ait été âpre avant d'être mûr. (Publilius Syrus)Celui-là est deux fois vainqueur, qui sait se vaincre dans la victoire (Publilius Syrus)Chercher un refuge auprès d'un inférieur, c'est se livrer soi-même. (Publilius Syrus)Le sage doit se fâcher assez tô t et une seule fois. (Publilius Syrus)C'est rendre un grand service que de refuser rapidement(Publilius Syrus)C'est le cœur et non le corps qui rend l'union inaltérable (Publilius Syrus)C'est folie de s'attaquer à ceux qui sont aimés des dieux (Publilius Syrus)C'est encore accorder quelque chose que de refuser avec grâce (Publilius Syrus)L'homme cruel n'est pas touché par les larmes,il s'en repaît (Publilius Syrus)L'incapacité sert d'excuse pour éviter le travail (Publilius Syrus)À être vaincu par plus fort que soi, il y a encore quelque gloire. (Publilius Syrus)Mieux vaut se fier à son courage qu'à la fortune (Publilius Syrus)La complaisance de l'épouse produit bientô t la haine de la courtisane. (Publilius Syrus)L'amant ne connaît que son désir, il ne voit pas ce qu'il prend. (Publilius Syrus)La gloire réclame toujours des titres nouveaux. (Publilius Syrus)Etre digne d'éloge vaut mieux que d'être loué (Publilius Syrus)Il n'y a pas de source de profits aussi sûre que l'économie (Publilius Syrus)L'homme et la fortune ont toujours des projets différents (Publilius Syrus)L'exilé, qui n'a de demeure nulle part, est un mort sans tombeau (Publilius Syrus)Le soupçon est pour les hommes estimables une injure silencieuse. (Publilius Syrus)La Fortune est de verre; au moment où elle brille le plus, elle se brise. (Publilius Syrus)L'homme n'est bon qu'à la condition de l'être à l'égard de tous (Publilius Syrus)L'homme soupçonneux incrimine la loyauté de chacun (Publilius Syrus)La compassion se prépare à elle-même de grands secours. (Publilius Syrus)La voix d'un condamné peut se faire entendre, mais ses paroles sont vaines. (Publilius Syrus)Dans le choix d'un mari, les femmes vertueuses consultent leur raison et non leurs yeux. (Publilius Syrus)L'homme généreux invente même des raisons de donner (Publilius Syrus)Le préjugé est fâcheux, parce qu'il exclut tout jugement. (Publilius Syrus)À celui qui t'a fait célèbre, fais un mérite de ce que tu es. (Publilius Syrus) La douceur de caractère donne la sûreté, mais enlève l'indépendance. (Publilius Syrus)Le mépris est pour le sage plus pénible que les mauvais traitements. (Publilius Syrus)L'esclave de mauvaise volonté est malheureux sans être moins esclave (Publiblius Syrus)L'intérêt des hommes a fait de la Fortune une déesse (Publilius Syrus)Le débiteur n'aime pas à voir la porte de son créancier. (Publilius Syrus)La méchanceté, pour se faire encore pire, prend le masque de la bonté. (Publilius Syrus)L'homme généreux se croit toujours riche ((Publilius Syrus)L'accusé innocent craint la Fortune et non pas les témoins. (Publilius Syrus)C'est une mauvaise cause, celle qui réclame la pitié (Publilius Syrus)La timidité n'a jamais mené au premier rang. (Publilius Syrus)L'offense est plus facilement tolérée par les oreilles que par les yeux (Publilius Syrus)La nécessité donne la loi et ne la reçoit pas. (Publilius Syrus) La méchanceté s'apprend sans maître. (Publilius Syrus)Attends d'autrui ce qu'à autrui tu auras fait. (Publilius Syrus)La familiarité engendre le mépris. (Publilius Syrus)La nécessité ne sait que vaincre. (Publilius Syrus)Le temps de la réflexion est une économie de temps. (Publilius Syrus)Il est assez éloquent celui qui dit la vérité (Publilius Syrus)Les dignités accordées à un homme indigne sont comme une flétrissure (Publilius Syrus)Les larmes d'une femme servent d'épices à sa méchanceté (Publilius Syrus)Dans une situation critique, la témérité tient lieu de prudence. (Publilius Syrus)C'est la volonté et non le corps qui fait le débauché (Publilius Syrus)Deux fois agréable est le présent offert sans être demandé. (Publilius Syrus)