Results for [malheur]Le malheur n'a pas d'amis. (Euripide)Assez gagne qui malheur perdLe malheur des uns fait le bonheur des autres.Plus le malheur est grand, plus il est grand de vivre. (Crébillon)Aux bons il arrive souvent malheurC'est un malheur de ne pouvoir supporter le malheur (Bias)Il n'y a qu'heur et malheur en ce mondeLe rire est une insulte au malheur. (Publilius Syrus)Le malheur ne choisit pas toujours la porte où il frappeLe malheur extrême est au-dessus des lois. (Voltaire)Qui n'a pas l'esprit de son âge, de son âge a tout le malheur. (Voltaire)La bravoure ne cède pas devant le malheur. (Publilius Syrus)C'est un malheur pour un homme d'être beau (Plaute)C'est avoir beaucoup de bonheur que n'avoir pas de malheur (Ennius)Malheur à celui par qui le scandale arrive. (Évangile selon saint Luc)Le malheur vient à cheval et s'en retourne à pied.Le malheur peut être un pas vers le bonheur. (Proverbe japonais)Celui qui sème l'injustice moissonne le malheur (Bible, Livre des Proverbes)Notre bonheur n'est qu'un malheur plus ou moins consolé. (J. F. Duci)La mort du juste est un malheur pour tous. (Publilius Syrus)Le malheur ne distingue pas et, dans sa course errante, il se pose aujourd'hui sur l'un et demain sur l'autre. (Eschyle)Le malheur finit par se lasser; les vents ne soufflent pas toujours avec la même violence. (Euripide)Le malheur des guerres civiles est que l'on y fait souvent des fautes par bonne conduite. (Cardinal de Retz)Celui qui endurcit son cœur tombera dans le malheur (Bible, Livre des Proverbes) L'argent contribue au bonheur de celui qui sait l'employer et fait le malheur de celui qui se laisse dominer par l'avarice ou la cupiditéMalheur à celui qui est seul, car s'il tombe, il n'aura personne pour le relever. (Bible, l'Ecclésiastique)Les amis véritables se reconnaissent à l'épreuve du malheur (Esope)L'or s'épure au feu, l'homme s'éprouve au creuset du malheurLa justice hâtive est une marâtre de malheur.Avoir de l'or faux est un malheur supportable et facile à découvrir; mais le faux ami, c'est ce qu'il y a de plus pénible à décourir. (Théognis de Mégare)